Devenir Gendarme ?

Devenir gendarme ?

Découvrir la Gendarmerie, connaître les conditions de recrutement et les
épreuves, trouver des adresses, se préparer au concours.

Le concours de gendarme est sélectif

Véhicule Gendarmerie

Le gendarme a longtemps véhiculé une "image d'Épinal" (un grand merci à Louis de Funès !) qui, fort heureusement, s'estompe peu à peu et certains candidats s'imaginent qu'il ne faut pas être bien cultivé pour faire carrière dans la Gendarmerie. En vérité, cette image est fausse et les changements de 2012 montrent que la Gendarmerie souhaite encore élever d’un cran la qualité de son recrutement.

Nous nous intéresserons, sur cette page, exclusivement au concours externe ouvert aux candidats titulaires du baccalauréat (ou d'un diplôme classé au moins au niveau IV).

Première révolution : désormais, le baccalauréat est exigé (ou un diplôme d’au moins niveau IV).

Deuxième révolution : le niveau des épreuves s’est élevé et elles correspondent désormais à ce qui est exigé pour un candidat qui passe un concours de catégorie B.

Bien que nous n'ayons pas assez de recul sur ce nouveau concours (il n'y a eu qu'une seule session, le 8 février 2012), nous avons suffisamment d'expérience pour savoir qu'un candidat mal préparé aura bien de peu de chances de réussir. Sur cette page, nous allons nous attarder sur le contenu de l’arrêté du 27 avril 2011 qui fixe les nouveaux programmes afin de vous aider à comprendre les enjeux qui se présentent à vous. En effet, situer l’esprit de ce nouveau concours, c’est déjà faire un pas dans la préparation. Sachez aussi qu'il vaut mieux être bien classé car les entrées en école de Gendarmerie se font dans l'ordre du classement au concours : ainsi, mieux on est classé, plus rapidement on rentre en école de Gendarmerie.

1. L’admissibilité

La première phase du concours de Gendarme est constituée de trois épreuves. Dans la partie à gauche du tableau ci-dessous, voici les extraits les plus importants de l’arrêté ministériel. Dans la partie à droite, vous trouverez les points sur lesquels il faudra être vigilant.

Une épreuve de composition
(durée : 3 heures ; coefficient 5)

"Cette épreuve consiste en la rédaction d’un devoir sur un sujet d’ordre général, ayant pour objectif d’évaluer les qualités rédactionnelles des candidats.
Il est notamment attendu qu’ils aient une bonne culture générale et qu’ils présentent de bonnes aptitudes à exposer leur point de vue grâce à une argumentation pertinente.
Le devoir devra être soigneusement organisé (introduction, parties, conclusion) et une attention particulière sera portée à la maîtrise de la langue française."

Notre commentaire

La composition est la pièce maîtresse du concours ! Elle a un fort coefficient, elle arrive en premier (admissibilité) et c’est l’épreuve la plus longue.
A la lecture du programme officiel, on remarque tout de suite que les correcteurs ont à vérifier plusieurs points qui sont, pour vous, autant de pièges à éviter : le style, l'orthographe, la structure du devoir et votre culture personnelle.
De 2012 à 2014, le candidat pouvait s'aider d'une documentation pour trouver des idées ; ce n'est plus le cas en 2015, depuis que le programme a été modifié (arrêté ministériel du 25/11/2014). Ainsi, la place de la culture personnelle devient plus importante, le candidat ne pouvant plus s'appuyer sur les idées et exemples de cette documentation.

Une épreuve d’aptitude professionnelle (durée : 35 minutes ; coefficient 2)

"Cette épreuve consiste en un QCM portant sur des suites ou des ensembles logiques à résoudre. Elle vise à évaluer le potentiel intellectuel général des candidats et notamment leur capacité à comprendre et s’adapter à une situation avec rapidité et justesse, par le développement d’un système de raisonnement logique."

Une épreuve de langue étrangère (durée : 30 minutes ; coefficient 1)

"Cette épreuve consiste en un QCM de niveau baccalauréat portant sur la syntaxe, le vocabulaire et la grammaire d’une langue étrangère. Il est attendu des candidats qu’ils maîtrisent les fondamentaux d’une langue étrangère (…). Les langues proposées au choix des candidats sont les suivantes : allemand, anglais, arabe littéral, espagnol, italien, portugais."

"En même temps que les épreuves d’admissibilité, les candidats sont soumis à deux inventaires de personnalité destinés à préparer, pour les candidats admissibles, leur entretien individuel avec un psychologue. (…)."

Bien sûr, il ne faut jamais faire d'impasse à un concours. Pourtant, on notera tout de suite que les matières qui suivent sont beaucoup moins importantes au regard de la composition… Il s'agit en effet d'un simple QCM (c'est mieux que d'être obligé de chercher les réponses vous-même !) et les coefficients sont relativement bas.
C'est là d'ailleurs le piège de ce concours : si vous êtes mal préparé à la composition, vous aurez peu de chances de récupérer beaucoup de points en langue ou à l'épreuve d'aptitude professionnelle.

2. L’admission

La deuxième phase du concours de Gendarme est constituée de deux épreuves : un entretien et le sport.

Une épreuve d’entretien avec le jury (durée : 10 minutes de préparation et 20 minutes d’entretien ; coefficient 7)

"Cette épreuve consiste en un entretien avec le jury sur un sujet d’ordre général portant principalement sur les grandes questions d’actualité ainsi que sur les motivations du candidat. (…).
Elle vise à mettre en valeur l’aptitude du candidat à l’état de sous-officier de gendarmerie au regard de sa personnalité, de sa motivation, de sa culture générale, de ses facultés d’expression et de raisonnement, de sa vivacité d’esprit et de son équilibre émotionnel.
Les inventaires de personnalité et l’entretien avec le psychologue constituent une aide à la décision des groupes d’examinateurs.
Le candidat devra se présenter à cette épreuve avec un curriculum vitae. (…)."

Notre commentaire

Comme la composition, l'entretien avec un jury est remarquable par son coefficient et par sa difficulté. Il ne vous suffira pas de vous présenter, de donner des indications sur votre personnalité ou vos motivations : vous tirerez au sort un sujet d'actualité qu'il faudra préparer dans la salle d'examen (faire une introduction, élaborer un plan, etc.) pour le présenter à l'oral.

L'épreuve physique Gendarmerie (coefficient 3)

"Il s’agit d’un parcours d’obstacles destiné à tester le potentiel physique du candidat dans des situations qu’il est susceptible de rencontrer dans un contexte opérationnel. Il est réalisé en tenue de sport."

Même si le sport bénéficie d'un bon coefficient, il pèse beaucoup moins que l'entretien. Sachez néanmoins que c'est une épreuve sélective : des candidats assez nombreux y obtiennent une note éliminatoire. Il ne faut donc pas négliger votre préparation.

Dans notre région (Midi-Pyrénées), un établissement s'est spécialisé dans la préparation des épreuves sportives des concours, et en particulier de l'Epreuve Physique Gendarmerie du concours de sous-officier. Si vous êtes de Toulouse ou des environs, n'hésitez pas à contacter le CEPSI SPORT.

Ce concours est nouveau et, bien sûr, nous en saurons bien davantage sur lui lorsque les sessions auront eu lieu en 2012. Cependant, nous pouvons tirer quelques enseignements du texte officiel du 27 avril 2011 :

En résumé…

Pour être efficace dès votre première tentative (et pourquoi pas réussir du premier coup), le cours par correspondance de France Enseignement vous apportera les savoirs indispensables. Notre équipe de professeurs vous apprendra aussi méthode et rigueur dans votre travail. Vous pouvez demander une documentation sur notre cours par correspondance.

Ce site n'est pas le site officiel de la Gendarmerie : c'est un site présentant le recrutement et les concours de la Gendarmerie et les préparations de  France Enseignement.
© Copyright "France Enseignement" 2008, tous droits réservés

Gendarmerie : recrutements      Les épreuves du concours de gendarme      

Les troupes d'élite de la Gendarmerie      La Gendarmerie et la sécurité routière      La Gendarmerie Mobile      Devenir maître-chien en Gendarmerie