Grades et carrières

Les grades et galons de la Gendarmerie sont similaires à ceux de l’armée de terre.
Les galons des sous-officiers et des officiers présentés ici sont blancs : ce sont ceux de la Gendarmerie départementale. En Gendarmerie mobile, il faut simplement inverser le blanc et le jaune.

Les élèves

De gauche à droite : élève gendarme et élève officier

 

 

 

 

Les Gendarmes Adjoints Volontaires

De gauche à droite : Maréchal des Logis (le plus gradé), Brigadier-Chef, Brigadier, GAV 1ère classe et GAV (le moins gradé).


 

 

 

Les sous-officiers subalternes

Maréchal des Logis-Chef, Maréchal des Logis (de carrière) et Maréchal des Logis (sous contrat).

 

 

 

 

Les sous-officiers supérieurs

Major, Adjudant-Chef et Adjudant.

 

 

 

 

Les officiers subalternes

Capitaine, Lieutenant, Sous-Lieutenant et Aspirant

 

 

 

 

Les officiers supérieurs

Colonel, Lieutenant-Colonel et Commandant.


 

Les généraux

Général d’armée, Général de corps d’armée, Général de division et Général de brigade

 

 

 

 

Les carrières en Gendarmerie

On ne peut pas parler de carrière pour les GAV : il s’agit d’un contrat de 6 ans maximum. Nous conseillons d’ailleurs aux GAV de ne pas trop attendre et de passer le concours de sous-officier dès leur seconde année de contrat.
Pour les sous-officiers, le terme de carrière est très bien approprié.
Elle débute par une formation en école de Gendarmerie ; à sa sortie d’école le gendarme est sous-officier sous contrat. Ensuite, il est affecté sur le terrain (en Gendarmerie mobile, en Gendarmerie départementale ou à la Garde républicaine). Pendant deux ans, en plus de son travail, il doit préparer le Certificat d’Aptitude Technique (CAT) dont l’obtention conditionne son avenir en Gendarmerie. Il lui permet en effet de devenir sous-officier de carrière et, par voie de conséquence, de poursuivre sa carrière (en cas d’échec, ce qui est quand même rare, le gendarme doit quitter la Gendarmerie).
Une fois sous-officier de carrière, le gendarme peut alors préparer un diplôme (OPJ, Diplôme d’arme, Diplôme de spécialité) qui lui permettra de monter en grade pour devenir maréchal-des-logis-chef puis adjudant, etc. Ces montées en grade s’accompagnent d’augmentations de rémunération, de postes plus valorisants mais aussi de changements d’affectations. Les réformes récentes de la Gendarmerie, visant à revaloriser la carrière des gendarmes, ont vu la mise en oeuvre du PAGRE dont l’objectif est l’accélération des carrières : un gendarme peut ainsi espérer finir sa carrière dans le corps des officiers.

Pour les officiers, le déroulement de la carrière est plus sûr. En effet, une fois leur formation à l’EOGN achevée, les officiers ont le statut de militaire de carrière. Néanmoins, leur progression dans la hiérarchie sera fonction des qualités qu’ils démontreront tout au long de leurs différentes affectations.