Pourquoi la Gendarmerie ?

surveillance plageC’est sans aucun doute la première question que vous devez vous poser car la Gendarmerie n’est pas la Fonction publique mais c’est une institution au service de la République et c’est aussi une arme bien particulière qui a derrière elle une longue tradition (les gendarmes en sont plutôt fiers).
On a souvent tendance à l’oublier, mais la Gendarmerie est encore aujourd’hui un milieu militaire, fortement hiérarchisé où l’on ne compte pas ses heures (un gendarme est “disponible” 24h/24 et 365 jours par an). Notez aussi que la Gendarmerie ne possède pas de syndicats (c’est interdit) mais des instances consultatives, ce qui n’est pas tout à fait la même chose. Bref, quand on entre dans la Gendarmerie, on est d’abord au service des autres et pas au service de soi-même.
Aussi, le conseil que nous pouvons vous donner est de ne pas rentrer dans la Gendarmerie par hasard : vous devez vous renseigner (nous allons tenter ici de vous aider), vous devez faire un bilan (votre situation de famille, vos compétences, vos motivations) et vous demander ce que vous pouvez apporter à l’institution.

Nous allons essayer de vous donner des éléments de réflexion afin que vous puissiez être sûr de votre orientation : ce n’est pas la peine de vous préparer au concours (qui, comme tout concours, n’est pas facile) pour vous rendre compte, quelque temps plus tard, que vous n’êtes pas fait pour cela.

Un candidat averti…

verbalisation gendarmerie– La gendarmerie est une institution militaire (donc hiérarchisée avec des grades) : si vous ne supportez pas les ordres, alors passez votre chemin !
– La gendarmerie n’a pas de syndicats ; à la place, il existe des instances internes de concertation et il est interdit de faire grève.
– Un gendarme est marié à la Gendarmerie : c’est la phrase préférée des “vieux briscards” qui ne comptent pas leurs heures passées au travail… et ils ont raison. Notre société évolue vers le “tout loisir” et les “RTT” : ce sont des valeurs qu’il faut un peu oublier quand on entre en Gendarmerie même si, par ailleurs, rappelons qu’un gendarme a droit à 9 semaines de congés payés (pas mal, non ?).
– Un gendarme travaille souvent avec peu de moyens : ceux qui connaissent la Gendarmerie et la Police ne pourront pas nous contredire. Tout vous est compté, le budget est serré et il arrive régulièrement qu’un gendarme utilise son matériel personnel (ex : le portable).
– La Gendarmerie peut être considérée comme étant le SAV de la société. En effet, les gendarmes (de même que les policiers) sont confrontés à des gens dans des situations difficiles, vivant des moments pénibles. En général, quand tout va bien, on ne fait pas appel à la Gendarmerie. À la longue, cela peut donner l’impression au gendarme que la société est par nature mauvaise. Pour faire ce métier, il faut entre autres avoir les “épaules solides”, c’est-à-dire être équilibré psychologiquement (d’ailleurs, parmi les épreuves du concours, vous passerez des tests de personnalité).

Existe-t-il des points positifs ? Oui, assurément

– C’est justement un milieu militaire : ceux qui aiment l’ordre et la discipline sont en général comblés. Dans la Gendarmerie, les tire-au-flanc sont rares, l’esprit de corps est omniprésent et c’est ce qui est rassurant.
– Vous êtes formé toute votre vie. La formation professionnelle continue existe depuis longtemps en Gendarmerie et elle est bien rodée. On vous pousse à progresser et cela est très gratifiant.
– Vous avez des possibilités d’évolution et de carrière très intéressantes. Dans la Gendarmerie, on vous forme pour évoluer. Un gendarme motivé peut vite monter en grade (et même devenir officier) et il a le choix parmi de nombreux “métiers” ou spécialités. A diplôme équivalent, les perspectives d’évolutions sont plus importantes en Gendarmerie que dans bon nombre d’entreprises du secteur privé.
– Vous êtes bien rémunéré : sur ce site, il n’y a pas de tabou. Vous entendrez parfois des gendarmes se plaindre de leur rémunération : c’est vrai dans la mesure où un gendarme passe beaucoup d’heures au travail. Mais, en revanche, il existe peu de métiers où votre progression de carrière sera aussi rapide et bien rémunérée (minimum 2500 euros en fin de carrière en GD auxquels s’ajoute le logement de fonction).
– Un gendarme a droit à 9 semaines de congés payés : un repos bien mérité, certes, mais de quoi faire de beaux projets !
– Vous avez la sécurité de l’emploi : votre carrière est tracée mais, attention, c’est un métier parfois dangereux. Si les “morts en service” sont aujourd’hui rares, il y a tout de même des blessures.
– Vous avez la retraite à 58 ans : comme pour le logement de fonction, on peut dire que c’est de nos jours un avantage indéniable. Un jeune gendarme a tendance un peu à l’oublier… mais, à ses 58 ans, lorsqu’il verra ses vieux amis travailler dur dans le privé, il ne regrettera pas son choix !

Tous ces éléments vous donneront des pistes de réflexion et vous aideront à vous orienter. Bien entendu, cette liste ne définit pas à elle seule la Gendarmerie et ses métiers. Nous vous invitons à aller de l’avant et à vous renseigner auprès d’un Centre d’Information et de Recrutement.