L’intérêt d’être Gendarme Adjoint Volontaire

Gendarme Adjoint Volontaire : une voie pour les non-bacheliers qui veulent faire carrière

Vous ne voulez pas poursuivre les études, vous ne possédez pas le bac mais vous voulez vous investir à fond dans la Gendarmerie ?
Si vous ne possédez pas le baccalauréat, sachez que la “voie” GAV vous offre la possibilité de devenir un jour gendarme de carrière (Sous-Officier). En effet, les GAV peuvent passer le concours en interne au bout d’un an d’ancienneté seulement.
En outre, un gendarme adjoint volontaire entre plus rapidement en école puis en unité : en moins de six mois, vous pouvez faire vos premiers pas en Gendarmerie et vous constituer, de fait, une solide expérience.

Si vous n’avez pas le baccalauréat, la voie GAV devient donc une opportunité d’entrer en Gendarmerie à condition, bien sûr, d’avoir moins de 26 ans.

Remarque : lorsqu’un candidat échoue aux tests de GAV, il faut savoir qu’il est automatiquement ajourné un an. Si vous avez 25 ans lors du passage de vos premiers tests, vous n’avez en réalité pas droit à l’erreur. Si vous avez 24 ans, vous n’avez concrètement que deux cartouches.

Une stratégie gagnante aussi pour les bacheliersvoiture d'interception gendarmerie

Vous avez moins de 26 ans et vous avez le bac en poche ?
Et pourquoi ne pas tenter les deux recrutements Gendarmerie, à savoir les tests de GAV puis le concours de Sous-Officier ? C’est tout à fait possible et cela peut même être une très bonne stratégie.

Pourquoi ? Parce que si vous réussissez les tests de GAV, vous aurez alors le droit de présenter le concours en externe puis le concours en interne. Ainsi, au lieu de trois tentatives (c’est la limite réglementaire), vous en aurez six !

Remarque sur les épreuves de sélection GAV

Les correcteurs sont en principe moins sévères ou rigides à l’égard des candidats aux tests GAV par rapport aux candidats au concours de Sous-Officier. A cela trois raisons :

– Premièrement, les volontaires en Gendarmerie ont des contrats courts (on pourrait dire des CDD) : si la personne ne fait pas l’affaire, la Gendarmerie met fin à son contrat au bout de deux ans… le candidat peut même partir avant la fin des deux ans s’il ne se plaît pas en Gendarmerie.
– Deuxièmement, il y avait jusqu’ici peu de candidats et beaucoup de postes : le taux de sélection était donc à la faveur du candidat.
– Troisièmement : les tests de GAV sont sans condition de diplôme (contrairement à Sous-Officier).
Pourtant, les choses changent. Quels sont les changements ? En quoi vous concernent-ils directement ?

Une concurrence accrue

Le baccalauréat est désormais exigé pour les candidats Sous-Officiers. De ce fait, des milliers de candidats non titulaires du baccalauréat vont automatiquement être basculés sur la sélection GAV : la concurrence devient donc mathématiquement plus rude (d’autant plus que le nombre de postes offerts n’augmente pas). Si vous êtes parmi les candidats qui ne possèdent pas le baccalauréat, le taux de sélection n’est donc plus en votre faveur. En pratique, ce taux a déjà augmenté. Il tournait, il y a quelques années, autour de 2 ou 3 candidats par poste alors qu’il est, aujourd’hui, de 4 ou 5 candidats par poste.

Pour réussir les tests de sélection, préparez-vous avec notre formation GAV. (Attention ! Attendez de bien avoir avancé dans votre préparation pour vous inscrire auprès de la gendarmerie).